f             
texte 59

Dires de confinement

      par Jean Pierre Ceton


Non je ne pratique pas les sports d’hiver ni la marche nordique, je fais de la gymnastique régulière en écoutant de la musique!

Franchement écrire n'est pas un métier, sans doute une passion qui prend toute la vie et qui fait -je m’en réjouis, qu'il n'y a pas à envisager la retraite en ce domaine. Pour le temp, l’écriture prend tout le temp, ça ne veut pas dire que côtoyer un écrivain n'est pas intéressant!

Vous me demandez quel genre de bouquins j'écris. Ils sont tous différents, en général il y a une histoire d'amour... Si ça vous amuse, je suis assez présent sur le Net, donc si vous me cherchez, vous me trouverez!

C'est où votre village? Je ne suis pas sûr qu'un de mes livres soit dans la bibliothèque de ce village. Je vous invite à creuser sur le net. Dig, dig, disait Kerouac. Sur certains sites où l'on trouve tous mes livres il y en a qui sont vendus en occasion à des prix très bas! ‘’Le pont d'Algeciras’’ à 0.78 euros!

Mon exil de ma campagne natale s'est fait par l'écriture.

Mon histoire d'exil est celle de plein d'ados des années 1960 qui ont quitté leur famille pour faire des études et qui en cela ont rompu avec leur langue d'enfance. En l’occurrence un patois, celui du Perche (ouest sud de Paris, à deux heures de route) qui s'était répandu à Québec deux ou trois siècles avant... Et j'ai rompu avec cette langue en adoptant difficilement une langue académique. Du coup je me suis construit tout le long d'années d’écriture un écrit personnel...

Dans ma vie je n'ai fait qu'écrire. A part un peu de journalisme, des émissions à la radio, France Culture, du théâtre et différents boulots à court-terme...

Et beaucoup de bagarres avec les éditeurs!

L'écriture ça isole même si on pourrait croire qu'un écrivain est très demandé. Souvent on n'ose pas le déranger mème quand il aimerait bien s'échapper de sa solitude...

Je viens de relire votre phrase où vous dites préférer engager une discussion par téléphone plutôt que d’échanger des mails interminables et je trouve que vous avez raison. Donc si ça vous amuse, et en espérant que vous ne trouverez pas ça un peu gonflé, je vous donne mon n° de portable pour que vous puissiez m'appeler, si vous le souhaitez, et que nous puissions ainsi nous parler. Bon je ne sais pas si nous nous entendrons, nous sommes sans doute des personnalités différentes, mais nous aurons sûrement une conversation agréable! Bon après-midi, à bientôt!


Notre conversation était agréable, mais vous m'avez mis sous tension. Vous étiez un peu speed, comme disent les petits jeunes! J'aimerais bien vous reparler au téléphone quand vous serez plus tranquille. Sinon, je préférerais qu'on se voie lundi ou mardi vers 18h au Sélect, si cela vous convient. Bonne après-midi !


Quelle verve vous avez, vous m'impressionnez! Vous devez écrire comme vous parlez, à la même vitesse, du coup votre écrit a de l'ampleur. Moi je ne cesse de réduire, de condenser, d’essayer de parvenir à un écrit plein...

Oui, c'est horrible de se représenter combien la langue académique exclut, voir humilie toute une part de la population par ailleurs intelligente et performante!

Bon on n'est pas d'accord sur la féminisation. Maitresse j'aime pas, c'est trop connoté mais on peut dire un ou une maitre de conférence...

Je ne sais pas comment vous pouvez pratiquer une langue neutre sans qu'elle soit à dominante masculine. L’écriture genrée à l’intérêt de rendre visible le féminin....

J'espère que je ne vous ai pas blessé, je ne vous demandais pas de rajeunir, il s'agissait de moi qui suis décalé finalement par rapport aux âges. En général je ne peux pas m'entendre avec les gens de mon âge qui portent des discours de vieux. Ce ne semble pas être votre cas...

Donc je ne suis pas à la recherche d'une jeunette, d'ailleurs je n'ai pas très envie de me remettre en couple. Je suis plutôt à la recherche d'amitié en dehors des âges. Sans rien exclure, puisque, sans être original, la sexualité m'est indispensable.

L'hosmose avec un ‘’h’’ me fait rire, mais ne me choque pas plus que ça, pourquoi pas ystérie etc. Il y a tellement de "h" qui ne se justifie pas ou plus. Le temps s'écrivait tems, moi je propose de l'écrire temp au singulier...

Pour la psy, je plaisantais, mes trente années et plus d'écriture ont fait fonction. Et puis quand je me vois dans un des grands miroirs qui se trouvent chez moi, je sais que la personne qui m'est renvoyée a tendance à différer de celle que je continue de porter intérieurement.

Merci pour votre analyse concernant l'orthographe. Je suis d'accord avec vous qu'une simplification logique et intelligente permettrait l'inclusion de beaucoup de jeunes dans une langue correcte…

Il y a des enseignants pour qui cette perspective est douloureuse.

Voici un post que j'avais mis su Fb:  " Depuis la féminisation des noms de métiers et surtout, depuis l’inclusion du langage genré, on s’est rendu compte que c’était possible de changer quelque chose dans la langue. La question n’étant plus forcément de savoir «comment ça se dit en français» mais comment on peut le dire et l’écrire !"
Et la réaction que je respecte d'une enseignante :  "Avoir enseigné le français toute sa vie et lire ça!"

Merci pour les photos. Je ne sais pas si vous êtes de beauté senior… Senior en tout cas. Tout comme moi, même si j'ai du mal à m'y faire.

Pour ce qui concerne la condition senior, je ne parlais pas des problèmes de vieillesse. Ce à quoi je ne me fais pas, c'est de fréquenter les gens de mon âge! J'ai du mal à m’imaginer en compagnie de quelqu’un de mon âge, c'est curieux. Je ne me vois pas marcher à votre bras alors que vous êtes plutôt bien de votre personne.

Sinon votre
attachement à la culture classique nous éloignerait éventuellement, moi qui suis porté sur l’extrême modernité.
Je ne suis pas sûr que vous pourriez aimer ce que j’écris...




                                                                                 sommaire   haut de page
4/3/2021 / tous droits réservés / texte reproductible sur demande / m. à j. 4/3/2021
La page de jean pierre ceton
Dans la francophonie continuer le français
Pour une littérature numérique
Détestation du mot bouquin
Poursuivre l'expérience de la langue

retour page principale
écrire à lettreaulecteur